Coquetterie et tenue vestimentaire au Myanmar

Le Myanmar (Birmanie) est un pays fascinant et nous ne savions pas trop à quoi nous attendre avant d’y mettre les pieds. Pour ceux qui, comme nous il y a quelques semaines, n’ont aucune idée de ce à quoi peut ressembler un pays si longtemps refermé sur lui-même, voici une série d’articles dans laquelle nous partageons quelques particularités du pays qui nous ont surprises et intéressées.

Les thématiques que nous aborderons seront les suivantes:

____________________

 

Coquetterie et tenue vestimentaire au Myanmar

 

Le longyi

Nous avons été étonnés de constater que la tenue traditionnelle (le port du longyi) est de rigueur dans tout le pays, et cela peu importe les ethnies. Une majorité de la population, urbaine comme rurale, le porte fièrement au quotidien. Le longyi est une sorte de jupe longue (similaire au sarong) portée par tous; les hommes et les femmes l’attachant cependant d’une façon différente. Il est plus coloré et tissé de motifs plus délicats pour la femme. L’homme porte souvent un tissu sombre et légèrement carotté. Le port d’une jupe longue peut sembler contraignant au quotidien, mais il existe des mesures d’adaptation! Quand les hommes jouent au ballon, ils le remontent pour former une sorte de culotte pour avoir plus de liberté de mouvements avec leurs jambes. Les femmes, quant à elles, se mettent en amazone sur les motos quand le port du longyi les empêche de s’installer autrement.

Tenues ethniques

Par ailleurs, certaines tribus (plutôt rurales et montagnardes) ont leurs propres tenues traditionnelles qu’elles portent au quotidien. Leur tenue a une forte symbolique et est un véhicule de leur histoire. Ces ethnies sont alors identifiables par la particularité de leur accoutrement. Par exemple, les Pa-O sont tout de noir vêtu et portent un tissu carotté rouge/orange sur la tête. D’après leur légende, ils descendraient d’un œuf de dragon noir, d’où la couleur de leur tenue. Autre exemple, les femmes Pa-long portent des arceaux de bois autour de la taille lorsqu’elles sont mariées. Ces arceaux sont un hommage à leur ancêtre qui fut prisonnière dans un piège à bois mis en place par un dragon, qui finalement tomba fou amoureux de la jeune femme prisonnière et lui offrit une descendance. C’est vraiment passionnant de découvrir les légendes de ces ethnies et de voir le rôle structurant que ces légendes jouent dans leur quotidien.

Le Thanaka

Le port du thanaka, sorte de pâte jaunâtre que l’on applique sur sa peau, est très courant pour les femmes et les enfants. Au Myanmar, le thanaka est une coquetterie car il embellirait le visage. Mais c’est surtout une pâte qui a de belles vertus : elle protège du soleil (évite donc les coups de soleils et d’avoir la peau trop bronzée), hydrate la peau et a des vertus médicinales (comme la réduction d’acné). Elle rend la peau plus douce et elle sent bon. La crème de thanaka est obtenue en râpant l’écorce de l’arbre thanaka avec un peu d’eau sur une pierre circulaire appelée kyauk pyin, munie d’une rigole circulaire pour évacuer l’eau. Le thanaka est traditionnellement vendu en petits rondins ou en fagots (nous en avons vu souvent dans les marchés), mais il se trouve aussi maintenant au supermarché en petit pot de crème. Le thanaka est appliqué principalement sur les joues, mais aussi l’arrête du nez et le front. En se l’appliquant sur les joues, les femmes utilisent une brosse à dent pour dessiner des rayures avant qu’il ne sèche pour singulariser les formes sur leurs visages. Les enfants se voient parfois barbouillés de thanaka de la tête aux pieds pour éviter les brûlures du soleil.

Lors du trek entre Kalaw et le lac Inle, notre guide nous a personnellement introduit à l’art du Thanaka et me l’a appliqué sur le visage. J’ai donc porté fièrement lors d’une journée de randonnée du thanaka sur mes joues. Je confirme l’effet hydratant du produit, et je n’ai pas eu besoin de mettre de la crème solaire !

The Whitening effect

Comme dans la plupart des pays d’Asie, le rapport au soleil et au bronzage est inversé par rapport à la culture occidentale. Ici, l’ultime beauté est d’avoir une peau blanche. Les jeunes filles se protègent donc avec le thanaka, mais aussi en se promenant avec un parapluie (qui fait usage d’ombrelle en saison sèche). De plus, toutes les crèmes hydratantes que j’ai pu trouver dans les magasins avaient un agent blanchissant de la peau ! Notre peau plus claire les fascine. Ainsi, il nous est arrivé dans les zones rurales d’avoir des locaux qui viennent nous serrer la main pour pouvoir « toucher » notre peau. À l’inverse quand nous avons expliqué à notre guide de Hsipaw que dans les pays occidentaux, il existait des salons de bronzage, il en était bouleversé : « Vraiment ! Vous aimez avoir la peau plus foncée ?!! ». En fait, ici, avoir la peau foncée signifie que la personne travaille dehors, par exemple dans les champs, et qu’elle a un métier difficile et une vie de pauvre. En occident, avoir la peau bronzée signifie que la personne a pu prendre des vacances au soleil et qu’elle a bonne mine. Finalement, tout est une question de perspective et de culture !

Une réflexion au sujet de « Coquetterie et tenue vestimentaire au Myanmar »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *